Des plats spécialement créés pour InstagramOn vient de franchir un nouveau cap dans la relation qu'entretiennent Instagram et la gastronomie.

On l'a tous fait! On est au restaurant, le serveur nous apporte le plat joliment présenté que nous avons présenté. Et, par réflexe, on dégaine l'appareil photo (ou le portable désormais) et on immortalise la merveille présente sur la table. L'étape suivante est de partager sa photo avec ses "amis" sur facebook, Twitter et surtout Instagram. Ensuite seulement on peut déguster -et parler avec les autres convives ;-). Cette habitude porte un nom: la food porn, le fait de partager avec ses followers la nourriture qu'on s'apprête à manger.

Ce réflexe a pris de telles proportions que certains restaurants new-yorkais, fatigués et incommodés, ont interdit l'usage du téléphone lorsqu'il est utilisé pour photographier leurs petits plats. 

Aujourd'hui, un restaurant de Tel Aviv, le Catit, prend le contre-pied et va jusqu'à encourager le foodstagram en créant des assiettes et des dispositifs facilitant la prise de photos et le partage sur les réseaux sociaux. Emplacement pour Iphone intégré à l'assiette, plateau tournant et lumière tamisée, tout est fait pour inciter à la prise de photos, avec le hashtag #fdgr. L'objectif de cet établissement est de renouer avec une génération de consommateurs qui se sont écartés des restaurants.

Je pense de mon côté que les restaurants, cafés et autres pâtisseries ont tout intérêt à autoriser voire inciter le partage de photographies de leurs assiettes sur internet. Ca leur permet de communiquer, à une échelle plus grande que toute campagne de publicité ne pourrait le faire. Ca permet également de garder une trace, un souvenir autre que mental d'une oeuvre qui est éphémère. Et puis le plaisir premier lorsque l'on cuisine n'est-il pas celui du partage, de l'éveil des sens de celui ou celle à qui l'on offre ce que l'on vient de créer? En tant que blogueur culinaire, je ne peux qu'aller dans ce sens.

Sans forcément aller aussi loin que le Catit (l'assiette avec Iphone intégrée est un peu too much), il faut tout de même reconnaître qu'il est bon de sensibiliser les foodeurs à l'art de la photographie culinaire. Parce que parfois, le cliché est loooooin de rendre hommage à la beauté du plat. Et ce qui partait d'une bonne intention porte au final préjudice à celui qui a créé.