Le biscuit rose de Reims

L'une de mes meilleures amies, Nadia, est partie faire ses études à Reims. Si chez beaucoup de personnes, le nom de cette ville rime avec cathédrale, moi ça m'a fait penser immédiatement au biscuit rose. Hihi, on ne se refait pas.

Je suis allé lui rendre visite dimanche, et je suis donc reparti avec un sachet de biscuits roses. 

Le biscuit rose de Reims (1)

Mais avant de goûter au petit gâteau et de vous livrer mon avis, un petit cours d'histoire du biscuit rose de Reims. La maison Fossier, qui les fabrique et les commercialise, rappelle que sa création remonte à 1690. Ce sont les boulangers Champenois qui l'ont inventé, pour que la chaleur des fours suite à la cuisson du pain ne serve pas à rien. Le biscuit, après une première cuisson, est laissé à dessécher dans le four. Sans saveur particulière à l'origine, les boulangers y ont ajouté un arôme vanille obtenu en réduisant des gousses. Les pigments noirs ajoutés à une pâte blanche n'étant pas du meilleur effet, ils ajoutèrent un colorant rouge. C'est donc ainsi qu'est né le biscuit rose de Reims, donc la recette et la fabrication en deux cuissons restent inchangées.

Maintenant, le test. Alors alors... C'est bon, mais c'est très vite pâteux en bouche. Ca fait penser à un boudoir. De luxe...mais un boudoir. Le goût vanille que l'on nous promet n'est pas très prononcé. Et comme la couleur rose n'est là que pour l'esthétisme, on mange surtout un joli biscuit à la cuillère. D'ailleurs, les produits à la rose vendus dans la boutique Fossier sont un petit peu de l'arnaque non? Rien à voir avec le biscuit à la vanille...

En conclusion, c'est bon, ça peut être un joli souvenir parce que le côté traditionnel est mis en avant dans sa présentation. Mais ça ne justifie pas le déplacement jusqu'à Reims ;-) Et c'est un gourmand qui vous le dit.

Qu'est-ce que j'ai cuisiné avec???? Une charlotte bien entendu. Une charlotte girly!